L’atelier traçage-coupe – le cuir

Comme les ateliers couture et garnissage de Duvivier Canapés, l’atelier traçage-coupe recèle des savoir-faire et compétences, pour la mise en oeuvre du cuir et la fabrication des canapés de façon plus générale. Trois postes se distinguent autour de la découpe du cuir, la découpe des tissus et celle des tissus à raccord.

Opératrice depuis 10 ans sur la ligne de découpe du cuir, Céline a commencé par le poste de déchargement du cuir (la réception des pièces de cuir après la découpe), avant d’être formée au traçage/lancement de découpe.

Peux-tu nous expliquer ton métier ?

Je place la peau sur la ligne de découpe et je commence par relever les zones de défauts. Je les qualifie de 1 à 4. Puis, quand la peau est digitalisée, je place les pièces des parties les plus importantes, celles que l’on voit. Ensuite, c’est la machine qui place les autres pièces. Mais, je peux revenir sur le placement automatique et je fais toujours une vérification pour voir si c’est le meilleur placement au regard du rendement et de la qualité des pièces. Si nécessaire, je fais les modifications.

Quand la découpe est finie, on est de l’autre côté de la ligne de découpe pour récupérer les pièces et constituer les paquets qui iront au parage : assises avec assises, dossier avec dossier et ,enfin, carcasse et manchettes ensemble.

Qu’est-ce qui te plait dans ton métier ?

J’aime tout. Mais je ne fais pas de traçage manuel. Je n’ai pas été formée pour ça et c’est trop compliqué. Pour le cuir, j’aime bien parce que c’est varié. Chaque peau est différente et les modèles changent aussi.

Qu’est-ce qui est difficile dans ce métier ?

Pour moi, c’est le travail du Welsh. L’identification des zones de défaut est plus compliquée et comme je n’en fait pas souvent. Je manque d’habitude. Mais quand, j’ai un doute, je demande leur avis aux autres filles.

Comment le métier a-t-il évolué en 10 ans ?

Depuis fin 2013, il y a eu une nouvelle ligne de découpe, plus rapide et plus performante. Mais le travail en soi est toujours le même.

Il faut combien de temps pour maîtriser ton métier ?

Pour le déchargement des pièces, c’est assez rapide. Un mois ou deux. Mais, pour la digit, c’est long. Moi, j’apprends encore pour certains cuirs plus compliqués que d’autres. C’est surtout évaluer le niveau de défaut qui est difficile.

Quelle est ta « bête noire » dans la collection Duvivier Canapés ?

C’est le nouveau Leone. Il est très tendu. Toutes les parties se voient et ce sont de grosses pièces, donc le placement est délicat.

Et ton modèle préféré ?

L’ Helium et le Caudalie … en cuir évidemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *