Les Toiles du Soleil, une entreprise EPV

Fiers de faire partie du réseau label EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant) et passionnés des métiers de savoir-faire, nous avons eu envie de vous présenter quelques-unes des entreprises qui font partie de ce réseau et évoluent dans un univers proche du notre.

Pour commencer cette série, nous avons choisi une marque qui nous fait rêver d’été et de soleil, de vacances en famille et de farniente au jardin. Les Toiles du Soleil sont en effet une entreprise du Pays Catalan qui fabrique à l’ancienne des toiles à rayures pour les espadrilles et les transat, et également du linge de table et d’office et des accessoires textiles comme des coussins, des sacs ou des doudous pour enfants.

Les Toiles du Soleil - Savoir-faire artisanal

Nous laissons donc la parole à Corinne Vila, Directrice Technique des Toiles du Soleil, qui a gentiment accepté de répondre à nos questions pour présenter l’entreprise et son savoir-faire.

Quelle est l’histoire des Toiles du Soleil ? 

L’histoire commence en 1872. Joseph Sans, fils de muletier, est envoyé, dés l’âge de 14 ans, à Barcelone pour apprendre le métier de tisserand dans la manufacture de son oncle, Monsieur Fransico Sans, le premier à avoir installé des métiers mécaniques pour tisser la toile des sandales. Il fournissait d’ailleurs une partie de cette toile aux petits ateliers du Vallespir où la fabrication d’espadrille « les vigatanes » commençait à se développer.

Deux ans plus tard, le jeune apprenti retourne à Saint-Laurent de Cerdans pour apporter son savoir et son habilité à la petite affaire de tissage (un atelier de 6 métiers) que son père, poussé par l’oncle Barcelonais vient de monter à la forge d’Adalt, tout prés du village, sur la route de Coustouges.

Peu de temps après, les Sans forment une association avec leur seul concurrent Abdon Garcerie et construisent l’usine actuelle en 1897. Le chanvre, le jute et le coton reçus en ballots sont transformés en toile ou en tresse. L’usine Sans et Garcerie fournit les matériaux nécessaires aux artisans sandaliers du Vallespir. Puis elle se lance dans la production de linge de table et à partir de 1939, ouvre un atelier de toiles pour chaises longues.

La grande crise de 1958 provoque le déclin des entreprises sandalières. La fabrique ne pouvant plus faire face aux difficultés économiques, est sur le point de fermer.

Les Toiles du Soleil - métiers à tisser

Nous sommes en 1993 quand Françoise et Henri Quinta, tous deux catalans d’origine, décident de racheter l’usine. Rebaptisée Les Toiles du Soleil, l’usine aux couleurs « sanc i or » (sang et or), les couleurs catalanes, se remet au travail sous l’œil bienveillant de deux petites lingères en tenue traditionnelle dressant une table, nouveau logo de l’entreprise. Soucieux de conserver l’identité catalane de ces tissages, Françoise et Henri Quinta ont su habilement marier l’authenticité des toiles et leur renouveau.

Quelles sont les clés du succès des Toiles du Soleil ?

La clé de la réussite de Françoise et Henri Quinta se trouve dans leur capacité à innover. S’ils gardent les motifs et les coloris typiques des toiles catalanes, le talent des deux créateurs est de savoir les adapter aux tendances de notre temps.
Ainsi en partant d’un échantillon retrouvé dans les archives, ils peuvent opter pour l’élargissement d’une rayure ou à l’inverse pour son rétrécissement ou bien encore c’est son rythme qu’ils modifient. Parfois, il suffit de tisser la toile dans des coloris tout à fait différents comme le « sanc i or » pour le modèle Grenade devenu l’une des toiles emblématiques des Toiles su Soleil.

Les dernières collections montrent toutefois que Françoise et Henri Quinta savent aussi donner libre cours à leur imagination.

D’un point de vue plus commercial, le succès des Toiles du Soleil découle aussi de l’élargissement de la gamme. Sans & Garcerie avaient déjà compris qu’il fallait proposer d’autres produits que la toile des espadrilles. C’est ainsi que le linge de maison et les chaises longues avaient vu le jour.

Pour Françoise et Henri Quinta, respectivement décoratrice et architecte d’intérieur, l’idée d’étendre l’utilisation des toiles au domaine de la décoration s’est tout de suite imposée. Rideaux prêts-à-poser, housses de coussin…. complètent aujourd’hui la collection de linge de maison et de chaises longues.

Les talons de vigatanes et les toiles d’espadrille sont toujours tissés pour les artisans du village et des alentours.

Pouvez-vous nous décrire le savoir-faire spécifique qui vous a permis d’obtenir le Label Entreprise du Patrimoine Vivant ?
Nous sommes les derniers fabricants de talons d’espadrille et de toiles de transats en 43 cm de large sur d’anciens métiers à tisser à navette. Le tissage sur les équipements à navettes utilisés requiert une habileté particulière de la part des ourdisseurs et des tisseurs. Nous effectuons le tissage et le paraffinage des toiles.

Nous sommes également le dernier fournisseur de tissu d’espadrille traditionnel et il n’existe plus de formation pour apprendre le métier. la transmission du savoir-faire se fera au sein de l’entreprise.

Les Toiles du Soleil - métiers à tisser

 

Où peut-on trouver vos textiles ?
La marque possède une boutique à l’enseigne Les Toiles du Soleil à Paris dans le 7ème, trois autres dans le Sud de la France et quatre à l’étranger : Tokyo, New-York, Moscou et Santiago au Chili.

Nous sommes également présents dans de nombreuses autres boutiques en France et à l’étranger. Vous pouvez trouver le détail de tous nos points de vente sur notre site internet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *