Le métier de couturière-caleuse

Avec 27 ans d’ancienneté, Michèle est une des « anciennes » de Duvivier. Parfaitement polyvalente, elle énumère les différents postes qu’elle a occupé : « la coupe cuir, la couture cuir, la plume* et les cales ». Ce dernier poste étant bien souvent oublié au profit de la couture cuir plus prestigieuse, elle est ravie de pouvoir expliquer son métier de caleuse, l’application et la passion qu’elle met à coudre cette partie invisible du canapé.

Quel est ton métier ?

Je suis caleuse. Je coud les housses coton dans lesquelles sont glissés la mousse et le mélange fibres et plumes. La plupart du temps, elles sont formées de deux parties : une pour la plume et une pour la mousse. La partie plumes se décompose en plusieurs compartiments pour que la plume ne glisse pas et soit bien répartie. Pour certains modèles le montage est assez complexe. Pour le Maillol et l’Adonis par exemple, c’est très technique. Depuis peu, sur certains modèles, on ajoute des cheminées qui servent à « nourrir la plume »*. Ensuite, elles sont rentrées à l’intérieur du coussin et comme ça il n’y a aucune trace visible sur la housse cuir. La partie mousse est plus simple. C’est juste une housse.

CANAPES DUVIVIER - CALEUSE 3

Qu’est-ce qui te plait dans ce travail ?

J’aimais bien la période où j’ai fait de la coupe et de la couture. C’était varié. Et je préfère coudre le cuir, c’est plus noble et c’est plus visible.

La cale demande moins de précision que pour le cuir mais comme j’ai travaillé dans la confection, je suis précise. Et les montages des cales, c’est parfois compliqué. Les morceaux de cale sont crantés. Il faut bien respecter les crans de montage sinon la cale vrille et elle fera vriller les housses cuir. C’est tout un art, la cale, parce que les housses changent en fonction des modèles.

CANAPES DUVIVIER - CALEUSE 1

Qu’est-ce qui est difficile ?

Il faut faire marcher sa tête, avoir la mémoire et la logique pour assembler correctement. Souvent, mes collègues utilisent les fiches techniques pour faire le montage. Moi, j’arrive à le voir en 3D rien qu’en voyant les différentes pièces.

Il y a 27 ans, on a fait les premiers coussins mousse/plumes et j’ai travaillé les prototypes directement sur les blocs de mousse. J’ai appris sur le tas.

Comment ton métier a évolué depuis 27 ans ?

Il y a beaucoup plus de coussins mousse/plume qu’avant. Les montages sont plus complexes parce qu’il y a plus de cloisons intérieures pour la plume. Pour chaque nouveau modèle, c’est à nous de trouver les solutions pour monter rapidement et le mieux possible.

CANAPES DUVIVIER - CALEUSE 2

Il faut combien de temps pour maitriser le métier de couturière-caleuse ?

Si la personne sait coudre, ce n’est pas très compliqué. Mais certaines personnes sont plus rapides que d’autres à mémoriser les modèles. Il faut au moins 3 mois pour acquérir la technique de montage et prendre une vitesse correcte pour les modèles de base. Pour les modèles plus compliqués, ça prend plus de temps.

Parmi les canapés Duvivier, lequel est ta « bête noire » ?

Pour la plupart des collègues, c’est le Maillol et ses coussins de dos. L’Adonis aussi est compliqué mais il se monte par étapes, donc ça va.

Moi, au contraire, j’aime bien faire des modèles plus difficiles pour que ce soit moins routinier même s’il faut 2 ou 3 heures pour faire les housses.

Parmi les canapés Duvivier, lequel est ton préféré ?

L’angle Adonis est pas mal …

 * « travailler à la plume » ou « nourrir la plume »  signifient mettre le mélange fibres et plumes dans les housses coton des intérieurs de coussin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *